Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Molécules informationnelles

Plan du cours

Objectifs

I - Les voies de transduction

1 - Définitions

2 - Voies des nucléotides cycliques

3 - Voie des diglycérides, de l’inositol-P3 et du calcium

4 - Voies du récepteur de l’insuline

5 - Voies des récepteurs nucléaires

6 - Stimulines, libérines, neurotransmetteurs

II - Autres molécules informationnelles

7 - Les immunoglobulines

8 - Facteurs de croissance

9 - Les bactéries et les virus


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Autres molécules informationnelles
Chapitre 9 - Les bactéries et les virus

 

9.1 - Toxines bactériennes

 

Image MI_95_PICT.jpg
MI 95

  • Les toxines bactériennes sont des protéines sécrétées par les germes infectieux qui se développent dans notre organisme et dont les effets sont pathogènes. Elles se lient aux gangliosides de la membrane plasmique et pénètrent dans les cellules.
  • La plupart de ces toxines sont capables de catalyser une réaction d’ADP-ribosylation, dans laquelle un radical composé d’adénine, de ribose, de deux phosphates et d’un deuxième ribose (ADP-ribosyl-) est transféré du coenzyme NAD, donneur d’ADP-ribosyl, sur une protéine.
  • Lorsque cette protéine est une sous-unité d’une proteine G inhibitrice par exemple, l’ADP-ribosylation la rend inactive et modifie la transmission du signal vers l’adényl-cyclase ou les phospholipases C qui produisent les messagers secondaires.
  • Ainsi la toxine de Bordetella pertussis (agent de la coqueluche), inhibe l’action d’une protéine G inhibitrice qui intervient dans la sécrétion de l’insuline : il en résulte une hypoglycémie (diminution du taux de glucose dans le sang).
  • D’autres toxines agissent sur d’autres GTPases, en dehors du mécanisme de transduction du signal (exemple : facteur d’élongation EF2 de la synthèse des protéines, inhibé par la toxine diphtérique), ou encore sur les protéines qui permettent la sécrétion des neurotransmetteurs (toxine tétanique) ou les mouvements cellulaires (toxine botulinique).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
9.1 - Toxines bactériennes
9.2 - ADP-ribosyl transférase
9.3 - Virus