Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Molécules informationnelles

Plan du cours

Objectifs

I - Les voies de transduction

1 - Définitions

2 - Voies des nucléotides cycliques

3 - Voie des diglycérides, de l’inositol-P3 et du calcium

4 - Voies du récepteur de l’insuline

5 - Voies des récepteurs nucléaires

6 - Stimulines, libérines, neurotransmetteurs

II - Autres molécules informationnelles

7 - Les immunoglobulines

8 - Facteurs de croissance

9 - Les bactéries et les virus


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie I - Les voies de transduction
Chapitre 1 - Définitions

 

1.16 - Protéines G

 

Image MI_12_PICT.jpg
MI 12

  • Les protéines G sont formées de trois sous-unités. Il existe de nombreuses isoformes de chacune de ces sous-unités, formant ensemble une grande variété de protéines G dont les effets sont différents.
    La sous-unité α porte :
    • le site de liaison avec le récepteur ;
    • le site catalytique d’hydrolyse du GTP ;
    • le site de liaison avec l’adénylate cyclase.

    Les sous-unités β et γ portent aussi des sites de liaisons avec d’autres effecteurs.
  • Certaines protéines G participent directement à la traduction des ARNm comme facteurs d’initiation ou d’élongation.
  • D’autres protéines G, de petite masse moléculaire (20-35 kDa : ras, rho, rab ...) participent à des « cascades » de transduction cytoplasmiques.
  • Les protéines G de transduction transmettent le signal à un effecteur voisin.
  • Lorsqu’elle sont liées au GDP les protéines G sont inactives et la transmission du signal est liée à la fixation d’un GTP suivi de son hydrolyse. Il en résulte une dissociation des sous-unités permettant à la sous-unité α de se lier à l’adénylate cyclase. Des protéines spécifiques activent ou inhibent la liaison du GTP ou la dissociation du GDP, permettant la régulation de l’activité des protéines G.
  • Les sous-unités α sont les substrats de l’activité ADP-ribosyl transférase des toxines bactériennes cholérique et pertussique. Cette propriété, variable d’une protéine G à l’autre, a permis de faire la classification des nombreuses isoformes des ces sous-unités.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Molécule informationnelle
1.2 - Corticotropine = ACTH
1.3 - Prostaglandine E2
1.4 - Adénosine
1.5 - Molécules informationnelles (I)
1.6 - Molécules informationnelles (II)
1.7 - Glande endocrine
1.8 - Hormone
1.9 - Adrénaline (épinephrine)
1.10 - Cortisol
1.11 - Sécrétine
1.12 - Cellule-cible
1.13 - Récepteur
1.14 - Récepteurs (I)
1.15 - Récepteur à 7 domaines transmembranaires
1.16 - Protéines G
1.17 - Protéine Gs
1.18 - Cycle des protéines G
1.19 - Effecteur
1.20 - Adénylate cyclase
1.21 - Second messager
1.22 - Molécules informationnelles (III) ; seconds messagers
1.23 - AMP cyclique
1.24 - GMP cyclique
1.25 - Protéine-(Ser/Thr)-kinases
1.26 - Protéine kinase A
1.27 - Protéine kinase G
1.28 - Protéine kinase Ca++-calmoduline dépendante
1.29 - Protéine-(Tyr)-kinases
1.30 - Protéine tyrosine kinase
1.31 - Protéine-phosphatases
1.32 - Phosphoprotéine phosphatase 1
1.33 - Canal
1.34 - Canal Calcium
1.35 - Pompe