Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Lipides et lipoprotéines

Plan du cours

Objectifs

I - Métabolisme du cholestérol et de ses dérivés

1 - Structure du cholestérol

2 - Synthèse du cholestérol

3 - Autres stérols

4 - Métabolismes des stéroïdes

II - Synthèse des lipides

5 - Définitions

6 - Métabolisme des lipides

III - Métabolisme des lipoprotéines

7 - Nomenclatures

8 - Métabolisme des lipoprotéines plasmatiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - Métabolisme des lipoprotéines
Chapitre 8 - Métabolisme des lipoprotéines plasmatiques

 

8.9 - Transformation plasmatique des VLDL en LDL

 

Image LL_72_PICT.jpg
LL 72

  • La synthèse des VLDL est réalisée de façon continue par les cellules hépatiques permettant le sécrétion permanente des triglycérides de synthèse endogène. Naturellement cette synthèse augmente considérablement après les repas, pour revenir à un état basal à jeun.
  • La dégradation plasmatique des VLDL est identique à celle des chylomicrons, dépendante des lipoprotéine lipases. Celles-ci sont activées par les apoC-II présentes à la surface des VLDL et l’hydrolyse des triglycérides assure un apport régulier d’acides gras aux tissus adipeux et musculaire.
  • Comme dans la dégradation des chylomicrons l’hydrolyse des triglycérides induit des replis de l’enveloppe périphérique qui sont libérés dans la circulation, constituant un départ des apolipoprotéines C.
  • Des édifices plus petits, enrichis en apoB100 et E, se restructurent autour des esters de cholestérol et des molécules restantes de triglycérides. Les « remnants » de VLDL ainsi formés sont des édifices plus petits que les VLDL, appelés IDL ou β-VLDL hépatiques.
  • Le métabolisme des IDL suit immédiatement celui des VLDL. Deux voies métaboliques peuvent transformer les IDL : la voie des récepteurs, la lipase hépatique.
  • Une grande quantité des IDL formées est internalisée et dégradée dans le foie via les récepteurs B/E (récepteur LDL) assurant la reconnaissance des apoE sous leur isomorphe normal E3/E3. Ces récepteurs sont distincts des récepteurs précédemment décrits pour le catabolisme des « remnants » de chylomicrons, car ils reconnaissent les apoE et les apoB100.
  • Une quantité plus faible de particules IDL est dégradée dans la circulation par la lipase hépatique (LH ou triglycéride lipase hépatique) dont la structure est homologue de celle des LPL mais qui est exclusivement synthétisée par les cellules hépatiques. La LH permet la transformation des IDL en LDL qui doivent donc être considérées comme des produits terminaux du catabolisme des VLDL et des IDL.
  • La reconnaissance des LDL par leurs apoB100 se fait au niveau des récepteurs précédemment décrits pour les IDL (récepteur LDL), mais pour les LDL cette captation bien que principalement hépatique, a lieu aussi dans toutes les cellules de l’organisme.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Lipoprotéine lipase
8.2 - Triglycéride lipase hépatique
8.3 - Lécithine Cholestérol Acyl Transférase = LCAT
8.4 - Acyl-CoA Cholestérol Acyl Transférase = ACAT
8.5 - Récepteur des LDL
8.6 - Récepteur éboueur
8.7 - Absorption des lipides
8.8 - Métabolisme des chylomicrons
8.9 - Transformation plasmatique des VLDL en LDL
8.10 - Métabolisme des HDL (I)
8.11 - Métabolisme des HDL (II)