Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Lipides et lipoprotéines

Plan du cours

Objectifs

I - Métabolisme du cholestérol et de ses dérivés

1 - Structure du cholestérol

2 - Synthèse du cholestérol

3 - Autres stérols

4 - Métabolismes des stéroïdes

II - Synthèse des lipides

5 - Définitions

6 - Métabolisme des lipides

III - Métabolisme des lipoprotéines

7 - Nomenclatures

8 - Métabolisme des lipoprotéines plasmatiques


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - Métabolisme des lipoprotéines
Chapitre 7 - Nomenclatures

 

7.1 - Lipoprotéines du plasma humain

 

Image LL_63_PICT.jpg
LL 63

  • Dans un sérum normal à jeun les lipoprotéines se répartissent dans un gradient de concentration saline en trois principales zones de densité :
    1. les VLDL (Very Low Density Lipoproteins) : moins de 15 % des lipoprotéines du plasma à jeun,
    2. les LDL (Low Density Lipoproteins) : 55 % des lipoprotéines du plasma à jeun,
    3. les HDL (High Density Lipoproteins) : 30 % des lipoprotéines du plasma à jeun.
  • Les HDL sont subdivisées en trois zones d’inégale importance :
    • les HDL1 les plus légères représentent une fraction mineure contenant une entité lipoprotéinique appelée Lp(a)
    • les HDL2 plus denses ont une concentration variable. Cette fraction est habituellement beaucoup plus importante chez l’enfant et la femme que chez l’homme
    • les HDL3 représentent la fraction la plus dense et quantitativement la plus importante des HDL, de concentration à peu près identique dans les deux sexes.
  • Une zone de faible amplitude appelée IDL (Intermediate Density Lipoproteins) représente une sous-fraction de densité intermédiaire entre celle des LDL et des VLDL quantitativement mineure à jeun.
  • Les chylomicrons s’isolent à une densité inférieure à celle des VLDL. Ils existent chez le sujet normal pendant les périodes post-prandiales expliquant la lactescence du sérum. Les chylomicrons sont constitués à 90 % de triglycérides d’origine alimentaire.
  • Les diamètres moyens (exprimés en nanomètres) des lipoprotéines, diminuent en relation inverse avec la densité. Mais dans chaque zone de densité, la taille des lipoprotéines est très hétérogène.
  • Les lipoprotéines de faible densité contiennent peu de composants moléculaires de surface et beaucoup de lipides neutres :
    • triglycérides dans les VLDL et IDL
    • cholestérol et esters de cholestérol dans les LDL
  • Les HDL possèdent très peu de lipides neutres, surtout esters de cholestérol, mais au contraire les composants de surface sont importants (phospholipides, cholestérol libre et apolipoprotéines).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
7.1 - Lipoprotéines du plasma humain
7.2 - Apolipoprotéines du plasma humain