Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Biologie Moléculaire

Plan du cours

Objectifs PAES commun DHU Paris-Est

I - La structure des acides nucléiques

1 - Molécules simples

2 - Les acides nucléiques

II - Biosynthèse des macromolécules

3 - DNA Définitions

4 - La transcription

5 - La traduction

6 - La réplication

7 - La réparation

III - Les événements génétiques

8 - Substitutions

9 - Mutations

10 - Insertions - délétions

11 - Transpositions

IV - L’évolution

12 - Divergence

13 - Familles de gènes

V - Le DNA au laboratoire

14 - Méthodes d’étude


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie II - Biosynthèse des macromolécules
Chapitre 5 - La traduction

 

5.15 - Initiation de la traduction

 

Image BM_45_PICT.jpg
BM 45

  • L’initiation de la traduction est l’étape limitante de la traduction.
  • Les sous-unités des ribosomes sont dissociées dans le cytoplasme. Une cascade d’événements va former un complexe d’initiation.
  • Au repos, le facteur eIF2 (eucaryotic initiation factor 2) est porteur d’un GDP, coenzyme qu’il a hydrolysé au cours du cycle d’une initiation précédente. En présence du facteur eIF2B, un nouveau GTP est substitué à ce GDP. Le facteur eIF2 ainsi activé, peut alors lier le tRNA chargé d’une méthionine dont l’anticodon est complémentaire du codon d’initiation (AUG) du messager. En présence du cofacteur eIF4C, la petite sous-unité va fixer le facteur eIF3 et le facteur eIF2 activé qui porte le tRNA chargé de la méthionine initiale. L’énergie de la formation de ce complexe a été fournie par l’hydrolyse de la liaison riche en énergie du GTP porté par le facteur eIF2.
  • La séquence 5’ non traduite du RNA messager est reconnue par les cofacteurs eIF4A, eIF4B et eIF4F qui s’y fixent. Grâce à l’hydrolyse d’un ATP pour fournir l’énergie, le messager est alors transféré sur la petite sous-unité, en regard du site P, de façon à hybrider les nucléotides du codon d’initiation avec ceux de l’anticodon de le tRNA de la méthionine initiale.
  • En présence du dernier cofacteur eIF5, le complexe va se lier à une grande sous-unité pour constituer un ribosome fonctionnel. Les cofacteurs d’initiation sont libérés et la traduction commence. Le cofacteur eIF2 toujours porteur de son GDP, se libère pour recommencer un nouveau cycle d’initiation.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Traduction
5.2 - Expression d’un gène
5.3 - Signifiants
5.4 - Codon
5.5 - Code génétique
5.6 - Code génétique
5.7 - Code dégénéré
5.8 - Ribosome eucaryote
5.9 - Polyribosome
5.10 - RNA de transfert (trèfle)
5.11 - RNA de transfert (ruban)
5.12 - Activation d’un acide aminé
5.13 - Sérine tRNA synthétase
5.14 - Cystéine tRNA synthétase
5.15 - Initiation de la traduction
5.16 - Cadre de lecture
5.17 - Elongation de la traduction
5.18 - Incorporation d’un acide aminé
5.19 - Transfert du peptide
5.20 - Translocation des codons
5.21 - Liaisons riches en énergie
5.22 - Terminaison de la traduction
5.23 - Signal-peptide
5.24 - Polyribosomes liés
5.25 - Carboxylation de l’acide glutamique
5.26 - Modifications post-traductionnelles