Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Biologie Moléculaire

Plan du cours

Objectifs PAES commun DHU Paris-Est

I - La structure des acides nucléiques

1 - Molécules simples

2 - Les acides nucléiques

II - Biosynthèse des macromolécules

3 - DNA Définitions

4 - La transcription

5 - La traduction

6 - La réplication

7 - La réparation

III - Les événements génétiques

8 - Substitutions

9 - Mutations

10 - Insertions - délétions

11 - Transpositions

IV - L’évolution

12 - Divergence

13 - Familles de gènes

V - Le DNA au laboratoire

14 - Méthodes d’étude


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie V - Le DNA au laboratoire
Chapitre 14 - Méthodes d’étude

 

14.8 - Cartes de restriction

 

Image BM_16_4_PICT.jpg
BM 16/4

  • Les marqueurs génétiques peuvent aussi caractériser les DNA responsables des maladies héréditaires grâce aux cartes de restriction.
  • Le DNA du malade est digéré par de nombreuses enzymes de restriction isolément ou associées entre elles. Les fragments de restriction sont reconnus par une sonde spécifique du gène responsable de la maladie. Il en résulte un grand nombre de fragments possibles dont les longueurs (en kilobases) sont mesurées par électrophorèse à coté d’un marqueur de masse moléculaire.
  • Ainsi, le DNA d’un malade atteint d’une dyslipoprotéinémie et celui d’un témoin sain ont été digérés par BamH I : le sujet sain montre un seul fragment long de 11,65 kb reconnaissable par la sonde du gène de l’apoA-I, alors que le DNA du malade en montre deux de 7,5 et 10,25 kb. Le fragment BamH I du sujet témoin peut encore être digéré par d’autres enzymes donnant à chaque fois deux fragments (Dde I) ou trois (Hind III) ou quatre (Pst I).
  • Les fragments peuvent être comparés comme les morceaux d’un puzzle pour obtenir une carte des emplacements des sites de restriction sur le DNA. La même carte, chez le sujet malade, montre les mêmes sites de restriction aux deux extrémités du fragment BamH I, mais il apparaît une insertion de 6 kb au milieu du gène de l’apoA-I avec des sites nouveaux : BamH I, EcoR I, Pst I non retrouvés chez le témoin. Cette insertion est responsable d’une absence d’expression de l’apoA-I ce qui se traduit par une dyslipoprotéinémie.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
14.1 - Extraction et purification du DNA
14.2 - Synthèse d’un cDNA
14.3 - Electrophorèse de DNA
14.4 - Hae III (enzyme de restriction)
14.5 - EcoR I
14.6 - Polymorphisme de restriction
14.7 - Polymorphisme Msp I de l’apoA-II
14.8 - Cartes de restriction
14.9 - Hybridation d’une sonde
14.10 - Calcul de la Tm
14.11 - Sonde hybridée
14.12 - Sonde spécifique d’allèle (ASO)
14.13 - Southern blot
14.14 - PCR
14.15 - Didésoxyadénosine triphosphate
14.16 - Réaction de séquence
14.17 - Séquençage d’ADN
14.18 - Gel de séquence