Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Biologie Moléculaire

Plan du cours

Objectifs PAES commun DHU Paris-Est

I - La structure des acides nucléiques

1 - Molécules simples

2 - Les acides nucléiques

II - Biosynthèse des macromolécules

3 - DNA Définitions

4 - La transcription

5 - La traduction

6 - La réplication

7 - La réparation

III - Les événements génétiques

8 - Substitutions

9 - Mutations

10 - Insertions - délétions

11 - Transpositions

IV - L’évolution

12 - Divergence

13 - Familles de gènes

V - Le DNA au laboratoire

14 - Méthodes d’étude


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie V - Le DNA au laboratoire
Chapitre 14 - Méthodes d’étude

 

14.7 - Polymorphisme Msp I de l’apoA-II

 

Image BM_16_3_PICT.jpg
BM 16/3

  • Le Southern blot permet la détection des polymorphismes de longueur des fragments de restriction (RFLP ou restriction fragments length polymorphism).
  • Il existe un polymorphisme dans le gène de l’apolipoprotéine A-II. Ce polymorphisme altère la séquence du site reconnu par l’enzyme de restriction Msp I situé en aval du gène, de telle sorte que 19 % des sujets (anglais) ne présentent pas de site de restriction à cet endroit.
  • Lorsqu’on digère le DNA génomique de plusieurs individus choisis au hasard on obtient des fragments de taille différentes entre chaque point de coupure par l’enzyme. Après électrophorèse pour séparer ces fragments en fonction de leur taille et transfert sur une membrane, on hybride les fragments sur la membrane avec une sonde complémentaire des exons de l’apoA-II puis on fait l’autoradiograhie de la membrane pour révéler ces fragments.
  • La plupart de ces sujets (81 %) qui possèdent trois sites de coupure autour du gène donnent un fragment de 3000 paires de nucléotides (3,0 kb).
  • D’autres sujets, plus rares (19 %) qui ne possèdent pas le site de restriction ont un fragment plus grand = 3700 paires de nucléotides (3,7 kb). Le sujet dont le DNA a été déposé dans l’électrophorèse au n°3 est dans ce cas.
  • Il arrive qu’un sujet porte un allèle du type fréquent sur un chromosome et l’autre allèle sur l’autre chromosome. Il est alors hétérozygote pour le polymorphisme et à l’électrophorèse (n°4) on voit les deux fragments révélés par la sonde.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
14.1 - Extraction et purification du DNA
14.2 - Synthèse d’un cDNA
14.3 - Electrophorèse de DNA
14.4 - Hae III (enzyme de restriction)
14.5 - EcoR I
14.6 - Polymorphisme de restriction
14.7 - Polymorphisme Msp I de l’apoA-II
14.8 - Cartes de restriction
14.9 - Hybridation d’une sonde
14.10 - Calcul de la Tm
14.11 - Sonde hybridée
14.12 - Sonde spécifique d’allèle (ASO)
14.13 - Southern blot
14.14 - PCR
14.15 - Didésoxyadénosine triphosphate
14.16 - Réaction de séquence
14.17 - Séquençage d’ADN
14.18 - Gel de séquence