médecine
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Biologie génique

Plan du cours

Objectifs

I - Enzymes agissant sur les acides nucléiques

1 - Phosphorylation - déphosphorylation

2 - Les polymérases

3 - Les ligases

4 - Les isomérases

5 - Les nucléases

6 - Autres enzymes

II - Préparation des acides nucléiques

7 - Extraction et purification

8 - Synthèse des polynucléotides

9 - Caractérisation des acides nucléiques

III - Caractérisation des événements génétiques

10 - Mutations

11 - Expression

IV - Le génie génétique

12 - Mutagénèse

13 - Transposition - recombinaison

14 - Construction de vecteurs

15 - Transgénèse


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Partie III - Caractérisation des événements génétiques
Chapitre 10 - Mutations

 

10.3 - Haplotypes

 

Image BG_78_2_PICT.jpg
BG 78/2

  • Lorsqu’une maladie se transmet héréditairement dans une famille et que le gène responsable de cette maladie est unique et parfaitement identifié, les symptômes révèlent la présence d’au moins un allèle muté chez les personnes atteintes.
  • Dans un grand nombre de familles le lien direct des symptômes avec une mutation connue du gène en cause n’est pas clairement établi. Dans ces cas là, on cherche à identifier l’allèle lié à la maladie par des marqueurs génétiques qui caractérisent les différents allèles du gène : polymorphismes, microsatellites de longueur variable, ... Un seul de ces marqueurs n’est pas suffisant pour repérer exactement chaque allèle, puisque plusieurs allèles peuvent avoir un marqueur en commun. Mais en associant plusieurs marqueurs on arrive à caractériser de façon précise chacun des allèles transmis dans la famille jusqu’à ce qu’un de ces allèles apparaisse comme exactement lié à l’apparition de la maladie. Les allèles ainsi caractérisés par plusieurs marqueurs génétiques sont appelés des haplotypes.
  • Sur ce tableau sont indiqués les principaux haplotypes du groupe de gènes des apolipoprotéines du chromosome 11, caractérisés par quatre polymorphismes de restriction (Taq I, Msp I, Pst I et Sst I) situés de 5’ en 3’ dans un des deux brins de ce groupe de gènes. La présence (+) où l’absence (-) de chaque site de restriction est indiquée : ainsi un allèle caractérisé par la présence des 3 premiers sites et l’absence du site Sst I est présent chez 45 % des sujets de cette population, alors que celui qui ne possède que le seul site Msp I n’est retrouvé que chez 9 % des sujets.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Polymorphismes de restriction
10.2 - Polymorphisme Msp I de l’apoA-II
10.3 - Haplotypes
10.4 - Cartes de restriction