Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Résistances aux β-lactamines

Table des matières

1 - Aeromonas hydrophila

2 - Acinetobacter

3 - Bacteroides fragilis

4 - Citrobacter diversus

5 - Citrobacter freundii

6 - Enterobacter

7 - Escherichia coli

8 - Klebsiella oxytoca

9 - Klebsiella pneumoniae

10 - Morganella morganii

11 - Proteus mirabilis

12 - Proteus vulgaris

13 - Providencia

14 - Pseudomonas

15 - Serratia marcescens

16 - Stenotrophomonas maltophilia (Xanthomonas)

17 - Salmonella

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 8 - Klebsiella oxytoca

 

 

Famille des Enterobacteriaceae. Les caractères généraux de K. oxytoca sont identiques à ceux de K. pneumoniae, à l’exception du métabolisme du tryptophane en indole qui est positif chez K. oxytoca.

8.1 Pouvoir pathogène

Infections urinaires, septicémies. A l’hôpital, K. oxytoca est rencontrée moins fréquemment que K. pneumoniae.

8.2 Principaux caractères biochimiques

  1. Comme K. pneumoniae, sauf pour l’indole
  2. métabolisme du tryptophane en indole : ind+

8.3 Résistance naturelle

K. oxytoca est naturellement résistant aux pénicillines (amoxicilline, ticarcilline) par production d’une beta- lactamase de classe A chromosomique inhibée par l’acide clavulanique. Cette beta-lactamase, qui est appelée K1, est génétiquement différente de la beta-lactamase chromosomique K2 de K. pneumoniae. L’analyse d’un grand nombre de souches de K. oxytoca a montré qu’il existe deux sous-types différents d’enzyme K1 : le groupe OXY-1 et le groupe OXY-2. Les enzymes des deux groupes présentent entre elles environ 90 % d’homologie et sont caractérisées par une grande variabilité de points isoélectriques (de 5.2 à 8.8). OXY-1 et OXY-2 hydrolysent avec une bonne efficacité les amino- et carboxypénicillines, les céphalosporines de première et de deuxième génération, ainsi que la ceftriaxone et l’aztréonam. Elles sont efficacement inhibées par le clavulanate.

Les souches sauvages de K. oxytoca produisent à bas niveau l’enzyme chromosomique OXY-1 ou OXY-2. Elles sont de ce fait résistantes aux pénicillines (amoxicilline et ticarcilline, exemple : K. oxytoca 1821). L’activité de ces antibiotiques est augmentée en présence d’acide clavulanique (sensibilité à l’augmentin et au claventin). Le niveau de production de l’enzyme K1 (OXY-1 ou OXY-2) est trop faible pour que la résistance à l’aztréonam soit détectable.

8.4 Résistance acquise

  1. hyperproduction de la beta-lactamase chromosomique K1 : des mutations ponctuelles dans la région du promoteur de transcription des enzymes chromosomiques K1 (type OXY-1 ou OXY-2) peuvent entrainer une augmentation du niveau de production de l’enzyme. Cette augmentation du niveau d’expression de la beta-lactamase chromosomique se traduit in vivo par une résistance de haut niveau aux pénicillines, aux céphalosporines de première et deuxième génération, ainsi qu’à l’aztréonam (exemple : K. oxytoca 1001). Dans ce cas, une synergie peut être détectée entre les céphalosporines de troisième génération ou l’aztréoname, et le clavulanate (exemple : K. oxytoca 1001).
  2. beta-lactamases de classe A à spectre étendu (BLSE) : la beta-lactamase SHV-5 a été identifiée dans une épidémie de souches. Le gène blaSHV-5 était porté par un plasmide conjugatif.

8.5 Bibliographie

Beta-lactamases de classe A chromosomique [114],[7],[32],[83],[128],[6],[4],[5], Beta-lactamases de classe A à spectre étendu [102],[94].

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
8.1 - Pouvoir pathogène
8.2 - Principaux caractères biochimiques
8.3 - Résistance naturelle
8.4 - Résistance acquise
8.5 - Bibliographie