Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Résistances aux β-lactamines

Table des matières

1 - Aeromonas hydrophila

2 - Acinetobacter

3 - Bacteroides fragilis

4 - Citrobacter diversus

5 - Citrobacter freundii

6 - Enterobacter

7 - Escherichia coli

8 - Klebsiella oxytoca

9 - Klebsiella pneumoniae

10 - Morganella morganii

11 - Proteus mirabilis

12 - Proteus vulgaris

13 - Providencia

14 - Pseudomonas

15 - Serratia marcescens

16 - Stenotrophomonas maltophilia (Xanthomonas)

17 - Salmonella

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 5 - Citrobacter freundii

 

 

Famille des Enterobacteriaceae. Bacille à Gram négatif, mobile.

5.1 Pouvoir pathogène

Citrobacter freundii peut être responsable d’infections urinaires, d’infections de plaies ou encore de septicémies. Germe fréquemment isolé en milieu hospitalier.

5.2 Principaux caractères biochimiques

C. freundii appartient au groupe des bactéries ONPG-positives, VP-négatives.

  • fermentation des sucres : glucose +
  • réduction des nitrates en nitrites +
  • métabolisme du tryptophane en indole -
  • ONPG +
  • H2S généralement +
  • urease -
  • TDA -
  • VP -

5.3 Résistance naturelle

C. freundii est naturellement résistant à l’amoxicilline, à amoxicilline-clavulanate et à la céfoxitine par production d’une beta-lactamase chromosomique de classe C inductible AmpC (exemple : C. freundii figure 8). Les souches sauvages restent sensibles à la ticarcilline, à ticarcilline-clavulanate, à la pipéracilline et au céfamandole, et présentent une résistance de niveau intermédiaire à la céfalotine.

FOS AMX TIC CF
MOX CTX MA FOX
IPM AMC TCC PIP
TZP CAZ ATM CIP

Image img12.gif
Figure 8 Beta-lactamase chromosomique de classe C inductible AmpC

5.4 Résistance acquise

  1. beta-lactamases chromosomiques de classe C : des mutations conduisant à la synthèse constitutive à haut niveau de la beta-lactamase chromosomique AmpC entraînent la résistance de C. freundii à la ticarcilline, à ticarcilline-clavulanate, à la pipéracilline, au céfamandole, aux céphalosporines de troisième génération et, à un degré moindre, à l’aztréonam (exemple : C. freundii figure 9). Ces mutations touchent le système complexe de régulation de l’expression du gène ampC qui comprend trois gènes : ampR, ampD et ampG.
    FOS AMX TIC CF
    MOX CTX MA FOX
    IPM AMC TCC PIP
    TZP CAZ ATM CIP


    Image img11.gif
    Figure 9 Betalactamase classe C

    1. ampR code pour une protéine qui joue le rôle de régulateur de transcription de AmpC. AmpR est un activateur de type LysR, c’est à dire qu’il active l’expression d’AmpC en présence de beta-lactamine, mais se comporte comme un répresseur de l’expression d’AmpC en absence de beta-lactamine. AmpR se fixe au niveau du site opérateur localisé dans le motif LysR situé en amont du gène ampC. Des mutations dans le gène ampR (G102E) peuvent transformer la protéine AmpR en activateur constitutif de l’expression de AmpC, même en absence de beta-lactamine. La régulation de l’expression d’AmpC via AmpR est également dépendante du métabolisme du peptidoglycane. En effet, un des précurseurs du peptidoglycane (l’UDP-MurNAc-pentapeptide) diminue la capacité de la protéine AmpR à activer l’expression d’AmpC, alors que les produits de dégradation du peptidoglycane (anhMurNAc-tripeptide) ont un effet inverse.
    2. ampD code pour une protéine cytosolique qui agit comme répresseur de l’expression d’AmpC. La protéine AmpD est une N-acétylmuramyl-L-alanine amidase qui contribue au métabolisme du peptidoglycane. En particulier, AmpD reconnait et détruit spécifiquement les produits de dégradation du peptidoglycane qui sont des activateurs de l’expression de la beta-lactamase AmpC. En absence d’AmpD, il y a accumulation de ces produits de dégradation et augmentation de l’expression d’AmpC. Différentes mutations ont été caractérisées dans ampD à partir de souches mutantes de C. freundii. Certaines (Val-33-Gly, Asp-164-Glu, Trp-95-codon stop) peuvent entraîner l’inactivation totale d’AmpD. On observe alors une augmentation de l’expression d’AmpC. D’autres (Trp-95-Arg, Tyr-102-Asp, Ala-158-Asp, Asp-121-Gly) entraînent un phénotype hyperinductible.
    3. ampG est une protéine transmembranaire de 53-Kda qui pourrait jouer le rôle de transducteur de signal dans le système d’induction de la beta-lactamase AmpC.
    4. beta-lactamases de classe A à spectre étendu (BLSE) : des BLSE de type TEM ont été décrites chez C. freundii (exemple : C. freundii figure 10).
      FOS AMX TIC CF
      MOX CTX MA FOX
      IPM AMC TCC PIP
        CAZ ATM  


      Image img13.gif
      Figure 10 Betalactamase classe A spectre etendu


    Enfin, il faut noter que des souches hébergeant une beta- lactamase chromosomique AmpC mutée ont été étudiés (mutation en position Glu-219 dans la beta-lactamase). L’enzyme se caractérise par une activité enzymatique plus élevée pour les céphalosporines de troisième génération.
  2. Résistance aux carbapénèmes : elle est due à une hyperproduction de la beta-lactamase chromosomique de classe C et à une altération de la perméabilité membranaire (diminution du niveau de synthèse des porines).

5.5 Bibliographie

Beta-lactamase chromosomique de classe C [151],[58],[144],[132],[134],[155],[135],[57],[136], Résistance à l’imipénème [85]

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
5.1 - Pouvoir pathogène
5.2 - Principaux caractères biochimiques
5.3 - Résistance naturelle
5.4 - Résistance acquise
5.5 - Bibliographie