Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Résistances aux β-lactamines

Table des matières

1 - Aeromonas hydrophila

2 - Acinetobacter

3 - Bacteroides fragilis

4 - Citrobacter diversus

5 - Citrobacter freundii

6 - Enterobacter

7 - Escherichia coli

8 - Klebsiella oxytoca

9 - Klebsiella pneumoniae

10 - Morganella morganii

11 - Proteus mirabilis

12 - Proteus vulgaris

13 - Providencia

14 - Pseudomonas

15 - Serratia marcescens

16 - Stenotrophomonas maltophilia (Xanthomonas)

17 - Salmonella

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 17 - Salmonella

 

 

Famille des Enterobacteriaceae. Bactéries pathogènes, à transmission oro-fécale, agents des fièvres typhoïde et paratyphoïde, et d’infections intestinales.

Bacille mobiles aéro-anaérobie, à Gram négatif, oxydase négatif, nitrate positif et qui fermente le glucose.

17.1 Pouvoir pathogène

Il est différent pour les salmonelles majeures (que l’on ne trouve que chez l’homme) et les salmonelles mineures (ubiquistes).

Salmonella majeures : Salmonella Typhi, S. Paratyphi, respectivement responsables des fièvres typhoïdes et paratyphoïdiques. La transmission se fait par les selles des malades. Après infection, l’hémoculture se positive avant la coproculture (passage dans le sang, puis retour dans l’intestin grêle).

Salmonella mineures : Salmonella, responsables de gastroentérites (bactéries entéropathogènes invasives). Ces germes sont portés par l’homme et l’animal. Les salmonelles mineures sont impliquées dans 30 à 60 % des infections alimentaires. Un manque d’hygiène est très souvent à l’origine de la transmission.

17.2 Principaux caractères biochimiques

  • fermentation des sucres : glucose+ lactose-
  • réduction des nitrates en nitrites : NO3+
  • métabolisme du tryptophane en indole : ind-
  • H2S+
  • urease-
  • TDA-

Il existe trois types d’antigènes, urilisés pour le diagnostic :

  1. l’antigène de paroi « somatique » (O)
  2. l’antigène flagellaire (H)
  3. l’antigène d’enveloppe (Vi)

17.3 Résistance naturelle

Souches sensibles à toutes les beta-lactamines (pas de céphalosporinase chromosomique de classe C, exemple : Salmonella xxxx).

17.4 Résistance acquise

Mécanismes identiques à ceux décrits pour E. coli.

  1. beta-lactamase de classe A haut niveau (pénicillinase) : Exemple : Salmonella 1409, S. Typhi 5886.
  2. résistance aux inhibiteurs des beta-lactamases : l’hyperproduction de beta-lactamase TEM a été décrite.
  3. beta-lactamases de classe A à spectre étendu (BLSE) : TEM-27, plasmidique et associée à un haut niveau de résistance à la ceftazidime et à l’aztréonam. PER-1, qui n’appartient pas à la famille des enzymes TEM/SHV et qui a été détectée lors d’une épidémie en Turquie.
  4. beta-lactamases plasmidiques de classe C (céphalosporinases) :
    1. CMY-2, plasmidique, homologue à AmpC de C. freundii.
    2. DHA-1, plasmidique et conférant la résistance aux céphalosporines et aux céphamycines.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
17.1 - Pouvoir pathogène
17.2 - Principaux caractères biochimiques
17.3 - Résistance naturelle
17.4 - Résistance acquise