Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Résistances aux β-lactamines

Table des matières

1 - Aeromonas hydrophila

2 - Acinetobacter

3 - Bacteroides fragilis

4 - Citrobacter diversus

5 - Citrobacter freundii

6 - Enterobacter

7 - Escherichia coli

8 - Klebsiella oxytoca

9 - Klebsiella pneumoniae

10 - Morganella morganii

11 - Proteus mirabilis

12 - Proteus vulgaris

13 - Providencia

14 - Pseudomonas

15 - Serratia marcescens

16 - Stenotrophomonas maltophilia (Xanthomonas)

17 - Salmonella

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 12 - Proteus vulgaris

 

 

Famille des Enterobacteriaceae. Germe commensal du tube digestif. Bacille très mobile, aéro-anaérobie, à Gram négatif, oxydase négatif, nitrate positif, qui fermente le glucose et qui envahit la surface des milieux gélosés. Proteus penneri forme un biogroupe de P. vulgaris.

12.1 Pouvoir pathogène

Germe impliqué dans des infections urinaires, mais aussi d’infections nosocomiales diverses.

12.2 Principaux caractères biochimiques

  • fermentation des sucres : glucose+
  • réduction des nitrates en nitrites : NO3+
  • métabolisme du tryptophane en indole : ind+
  • ONPG-
  • ornithine décarboxylase : ODC-
  • H2S+
  • urease+
  • TDA+

12.3 Résistance naturelle

P. vulgaris est naturellement résistant à la colistine.

P. vulgaris produit une beta-lactamase chromosomique inductible de classe A qui présente 68 la beta-lactamase de classe A de Klebsiella oxytoca. De ce fait, P. vulgaris est naturellement résistant à l’amoxicilline, à la céfalothine et au céfamandole, mais reste sensible à la ticarcilline et aux associations amoxicilline + clavulanate et ticarcilline + clavulanate (exemple : P. vulgaris 613, P. penneri 1584). En raison de l’induction, on note souvent une image d’antagonisme entre CTX et MA. On peut voir également des images de synergie entre les céphalosporines de troisième génération et le clavulanate (par exemple, entre CTX, CAZ et AMC).

La spécificité de substrat particulière vis à vis des oxyiminocéphalosporines de l’enzyme de P. vulgaris, codée par le gène cumA, est due en particulier à la présence d’un résidue de type sérine en position 237.

L’induction de la beta-lactamase est liée à la présence d’un gène régulateur, cumR (ou encore blaA) qui appartient à la famille des régulateurs de type LysR. In vitro, CumR se fixe à une séquence inversée répétée qui se trouve juste en amont du gène de la beta-lactamase.

12.4 Résistance acquise

Des mutants hyperproducteurs de la beta-lactamase chromosique de classe A sont résistants aux céphalosporines de troisième génération, des images de synergie pouvant être observées avec le clavulanate.

12.5 Bibliographie

Beta-lactamases de classe A : Peduzzi94BBA, Tamaki94Biochemistry, Hosseini-Mazinani96AAC, Datz94EJB, Ishiguro96JB.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
12.1 - Pouvoir pathogène
12.2 - Principaux caractères biochimiques
12.3 - Résistance naturelle
12.4 - Résistance acquise
12.5 - Bibliographie