Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Résistances aux β-lactamines

Table des matières

1 - Aeromonas hydrophila

2 - Acinetobacter

3 - Bacteroides fragilis

4 - Citrobacter diversus

5 - Citrobacter freundii

6 - Enterobacter

7 - Escherichia coli

8 - Klebsiella oxytoca

9 - Klebsiella pneumoniae

10 - Morganella morganii

11 - Proteus mirabilis

12 - Proteus vulgaris

13 - Providencia

14 - Pseudomonas

15 - Serratia marcescens

16 - Stenotrophomonas maltophilia (Xanthomonas)

17 - Salmonella

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 10 - Morganella morganii

 

 

Famille des Enterobacteriaceae. Bacille à Gram négatif, initialement appelé Proteus morganii.

10.1 Pouvoir pathogène

Morganella morganii est souvent isolée d’urines. Elle peut également être impliquée dans de nombreuses infections chez l’homme.

10.2 Principaux caractères biochimiques

Morganella morganii appartient au groupe des bactéries ONPG-négatives.

  • fermentation des sucres : glucose +
  • réduction des nitrates en nitrites +
  • métabolisme du tryptophane en indole +
  • ONPG -
  • H2S -
  • urease +
  • TDA +
  • VP -
  • gélatinase -

10.3 Résistance naturelle

Morganella morganii est naturellement résistante à la colistine. L’amoxicilline, amoxicilline-clavulanate et céfalotine n’ont pas d’activité car Morganella morganii produit une beta-lactamase chromosomique de classe C inductible de type AmpC (exemple M. morganii 509). La séquence nucléotidique du gène ampC de M. morganii a été déterminée et présente environ 50 % d’homologie avec les beta-lactamases chromosomiques de classe C de Pseudomonas aeruginosa (et enzymes plasmidiques apparentées CMY-1, FOX-1 et MOX-1), de Citrobacter freundii (et enzymes plasmidiques apparentées CMY-2, BIL-1 et LAT-1), et d’Enterobacter cloacae (et enzyme plasmidique apparentée MIR-1). Les souches sauvages restent sensibles à la ticarcilline, à ticarcilline-clavulanate, à la pipéracilline, à l’imipénème, aux céphalosporines de troisième génération et à l’aztréonam. Elles présentent une sensibilité diminuée au céfamandole et à la céfoxitine.

10.4 Résistance acquise

  1. beta-lactamases chromosomiques de classe C : comme chez Citrobacter freundii, des mutations entraînant la production constitutive à haut niveau de la céphalosporinase chromosomique de type AmpC peuvent être responsable de la résistance acquise de M. morganii à la ticarcilline, à ticarcilline-clavulanate, aux céphalosporines de troisième génération et à l’aztréonam.
  2. beta-lactamases de classe A à spectre étendu (BLSE) : une beta-lactamase de type SHV a été décrite dans une souche clinique de M. morganii.

10.5 Bibliographie

Beta-lactamase chromosomique de classe C [3], Beta-lactamase chromosomique de classe A [23].

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
10.1 - Pouvoir pathogène
10.2 - Principaux caractères biochimiques
10.3 - Résistance naturelle
10.4 - Résistance acquise
10.5 - Bibliographie