Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Résistances aux β-lactamines

Table des matières

1 - Aeromonas hydrophila

2 - Acinetobacter

3 - Bacteroides fragilis

4 - Citrobacter diversus

5 - Citrobacter freundii

6 - Enterobacter

7 - Escherichia coli

8 - Klebsiella oxytoca

9 - Klebsiella pneumoniae

10 - Morganella morganii

11 - Proteus mirabilis

12 - Proteus vulgaris

13 - Providencia

14 - Pseudomonas

15 - Serratia marcescens

16 - Stenotrophomonas maltophilia (Xanthomonas)

17 - Salmonella

Références


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 1 - Aeromonas hydrophila

 

 

Famille des Vibrionaceae (Aeromonadaceae). Bactérie à Gram négatif trouvée dans les eaux, le sol, les aliments.

1.1 Pouvoir pathogène

Bactérie opportuniste
  1. infection des plaies
  2. diarrhées aigües
  3. septicémies chez les immunodéficients
Principaux caractères biochimiques
  • Oxydase +
  • Nitrate réductase +
  • glucose +
  • VP +
  • activité d’hémolyse du sang de mouton (β-hémolyse visible sur gélose au sang)

1.2 Résistance naturelle

Chez Aeromonas, on observe généralement la production de trois beta-lactamases chromosomiques co-inductibles :

  1. une céphalosporinase de classe C (AsbA1 chez A. sobria, homologue à AmpC de P. aeruginosa)
  2. une oxacillinase de classe D (AsbB1 chez A. sobria, inhibée par l’acide clavulanique et également appelée OXA-12)
  3. une imipénèmase de classe B : CphA chez A. hydrophila AsbM1 chez A. sobria (également appelée ImiS)
Toutes les souches d’Aeromonas sont naturellement résistantes à l’ampicilline (mais naturellement sensibles à l’imipénème malgré la présence de l’imipénèmase). Exemple : A. hydrophila figure 1

FOS AMX TIC CF
MOX CTX MA FOX
IPM AMC TCC PIP
CFS CAZ ATM CIP

Image img4.gif
Figure 1 Résistance à l’ampicilline et imipénèmase

1.3 Résistance acquise

Beta-lactamases de classe A à spectre étendu (BLSE) : la beta-lactamase TEM-12 a été identifiée dans une souche de Aeromonas caviae sur un plasmide auto-transférable. Curieusement, l’enzyme ne s’exprime pas chez A. caviae et sa détection n’a été possible qu’après transfert du plasmide dans une souche réceptrice de E. coli.

1.4 Bibliographie

GENERALITES [51], Aeromonas hydrophila [113],[101], Aeromonas sobria [123],[81],[122],[119],[79], Abstract [15],[22].

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
1.1 - Pouvoir pathogène
1.2 - Résistance naturelle
1.3 - Résistance acquise
1.4 - Bibliographie