Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Bactériologie

Table des matières

1 - Anatomie fonctionnelle des bactéries

2 - Génétique bactérienne

3 - Staphylocoques

4 - Les streptocoques, entérocoques et pneumocoques

5 - Les neisseria

6 - Les bacilles à gram positif non sporules

7 - Entérobactéries et autres bacilles à gram négatif non exigeants

8 - Les bacilles a gram positif sporules

9 - Les bacilles à gram négatif hémophiles ou exigeants

10 - La flore microbienne normale de l’organisme

11 - Les spirochetes

12 - Mycobactéries

13 - Les rickettsia et bactéries voisines

14 - Les chlamydia


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 6 - Les bacilles à gram positif non sporules

 

6.2 - Listéria monocytogènes

 

Les bactéries du genre Listeria sont des petits bacilles à Gram positif, à extrémités arrondies, asporulés, non acido-alcoolo-résistant, mobiles à 20-25°C. Il existe 7 espèces, mais seule l'espèce L.monocytogenes joue un rôle en pathologie humaine.

6.2.1 Habitat

Les Listeria sont des germes ubiquitaires que l'on trouve dans le sol, sur les plantes et dans les eaux (saprophytes). Elles sont très résistantes au milieu extérieur (plusieurs années à + 4 °C). Elles sont aussi des hôtes des êtres vivants (portage intestinal asymptomatique de Listeria chez les animaux et l'homme). Ce sont enfin des bactéries des aliments : Listeria est fréquente dans les produits laitiers, lait cru ou fromage (croute). La pasteurisation correctement réalisée détruit les Listeria. On la trouve aussi dans les produits carnés, dans les produits de la mer, dans les légumes. C'est une bactérie psychrophile se développant à des températures > 4 °C, ce qui pose des problèmes pour la conservation prolongée des aliments.

La listériose peut survenir par épidémies liées à des lots d'aliments contaminés (épidémie d'environ 300 cas dont 50 mortels en 1992 en France).

6.2.2 Facteurs de virulence et physiopathologie

La survenue d'une infection à L.monocytogenes dépend de plusieurs facteurs : virulence particulière de certaines souches, contamination par un inoculum massif, état immunitaire de l'hôte.

Compte-tenu du mode de contamination alimentaire de l'homme, le site principal d'entrée de la bactérie est l'intestin (entérocytes et plaques de Peyer). C'est une protéine de surface de 80 kD qui déclenche l'adhésion et la pénétration dans la cellule en induisant la phagocytose (internaline). Les bactéries se multiplient dans le cytoplasme des macrophages et des cellules épithéliales grâce à leur facteur de virulence, la listérolysine O (les mutants sans listérolysine ne sont pas pathogènes) qui est active à pH acide, dans le phagolysosome. La membrane du phagolysosome est lysée, ce qui permet la libération dans le cytoplasme cellulaire où Listeria se multiplie. Le mouvement intracellulaire et le passage de cellule à cellule de L.monocytogenes requièrent la polymérisation de l'actine qui est induite par une protéine bactérienne de surface et une phospholipase. Par voie sanguine et lymphatique, les bactéries atteignent le foie et la rate. Au niveau du foie, elles sont phagocytées par les cellules de Kuppfer et 90 % de l'inoculum est détruit. Les bactéries survivantes infectent les hépatocytes. La lyse des hépatocytes libère les bactéries qui peuvent y être phagocytées par les polynucléaires neutrophiles ou les macrophages. Certains macrophages permettent la multiplication de L.monocytogenes alors que d'autres sont listéricides. La suite du processus infectieux dépend de l'état immunitaire de l'hôte : si toutes les bactéries n'ont pas été détruites, les survivants peuvent alors atteindre par voie sanguine le cerveau ou le placenta. La listeriose provoque une réponse immunitaire thymodépendante sans intervention des anticorps dans le processus de défense.

6.2.3 Pouvoir pathogène

6.2.3.1 Pouvoir pathogène naturel

L.monocytogenes est une bactérie opportuniste responsable par diffusion hématogène de trois types d'infections chez l'homme :

  • Listeriose de l'adulte et de l'enfant : méningites, méningo-encéphalites, encéphalites, septicémie. La grande majorité de ces infections se produisent chez des malades porteurs de tares viscérales (cirrhose, cancers, etc…). La listériose de l'adulte atteint essentiellement les personnes âgées et immunodéprimées.
  • Listériose de la femme enceinte : infection bénigne pour la femme, se traduisant souvent par une simple fièvre mais grave pour le fœtus, pouvant provoquer un avortement, la mort in utero ou l'accouchement prématuré.
  • Listériose néonatale : septicémie, méningite secondaires à la contamination dans les jours qui précèdent l'accouchement ou au moment de l'accouchement.

6.2.3.2 Pouvoir pathogène expérimental

De nombreuses espèces animales sont sensibles à l'infection expérimentale (ex. : conjonctivite expérimentale du cobaye ou test d'ANTON).

6.2.4 Caractères bactériologiques et antigéniques

Petit bacille immobile à 37°C, mobile à 22-25°C, L.monocytogenes est aérobie-anaérobie facultatif. Il pousse bien sur milieux usuels à des températures allant de +4° à 45°C et des pH de 5,6 à 9,6. Sa culture et son identification au laboratoire sont faciles (hémolyse sur gélose au sang, catalase positive, esculine positive).

La présence de 15 antigènes somatiques et 5 antigènes flagellaires permet d'individualiser 17 sérotypes. La plupart des souches isolées en France appartiennent au sérotype 4b et 1/2a. Ces sérotypes peuvent être divisés en lysotypes.

6.2.5 Diagnostic bactériologique

Il repose sur l'isolement et l'identification de la bactérie. L'intérêt du diagnostic sérologique par séro-agglutination (taux critique 1/320) est discuté.

Prélèvements : sang, LCR, placenta, lésions diverses. Examen microscopique et techniques de culture habituels. Possibilité d'enrichissement des produits pathologiques polymicrobiens par la méthode de GRAY (culture à +4°C).

6.2.6 Traitement

Sensibilité de L.monocytogenes à pénicilline G, amoxicilline et aminosides, mais résistance aux céphalosporines et aux fluoroquinolones. Le traitement de base des infections à L.monocytogenes repose sur l'association amoxicilline-gentamicine.

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
6.1 - Corynebactérium diphteriae
6.2 - Listéria monocytogènes
6.2.1 - Habitat
6.2.2 - Facteurs de virulence et physiopathologie
6.2.3 - Pouvoir pathogène
6.2.4 - Caractères bactériologiques et antigéniques
6.2.5 - Diagnostic bactériologique
6.2.6 - Traitement
6.2.3.1 - Pouvoir pathogène naturel
6.2.3.2 - Pouvoir pathogène expérimental