Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Anatomie pathologique

Table des matières

1 - L’anatomie pathologique

2 - Anatomie pathologique du système circulatoire

3 - Inflammation

4 - Pathologie tumorale

Glossaire


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 4 - Pathologie tumorale

 

4.3 - La cellule cancéreuse et le stroma tumoral

 

4.3.1 La cellule cancéreuse

La cellule cancéreuse est le siège de lésions génétiques :

  • anomalies géniques, notamment des gènes suppresseurs de tumeur et des oncogènes
  • anomalies de fragments chromosomiques ou de chromosomes entiers
  • plus généralement d'une instabilité génétique
  • ainsi que des perturbations des mitoses.

Sans que le plus souvent on puisse attribuer telle lésion à telle anomalie génétique, les altérations génétiques et les troubles de la mitose sont responsables d'anomalies du matériel nucléaire qui sont visibles microscopiquement sur des cellules fixées. Ces anomalies sont associées à des anomalies cytoplasmiques et sont appelées anomalies cyto-nucléaires ou atypies cyto-nucléaires, et constituent les critères cytologiques de malignité.

4.3.2 Critères cytologiques de malignité

Anomalies des noyaux :

  • Taille : augmentation, inégalité (anisocaryose)
  • Contenu : chromatine irrégulièrement répartie (mottes), hyperchromatisme
  • Forme : contours irréguliers, incisures
  • Forme : contours irréguliers, incisures
  • Nucléole : augmentation de taille, multiplicité, anomalies de forme
  • Mitoses : augmentation de nombre, anomalies de forme (mitoses tripolaires, asymétriques)

Image CcancereuseV.jpg
Figure 50 Cellule cancéreuse

Anomalies des cytoplasmes :

  • Diminution de taille : augmentation du rapport nucléocytoplasmique
  • Basophilie

Image Adenoceestomac1V.jpg

4.3.3 Validité des critères cytologiques de malignité

Les critères cytologiques de malignité permettent l'identification de cellules cancéreuses dans les préparations cytologiques (cytodiagnostic). Ces critères sont également importants pour juger de la malignité d'une tumeur dans un prélèvement tissulaire. Enfin, ils représentent souvent un des critères de l'histopronostic (voir plus loin).

Cependant, ces critères n'ont pas une signification unique. En effet :

  • Des critères cytologiques de « malignité » peuvent être observés dans des tumeurs bénignes ou des processus non tumoraux (viroses, chimiothérapie, nécrose)
  • Certaines tumeurs malignes ne présentent que peu de critères de malignité (activité mitotique élevée des leiomyosarcomes utérins), voire aucun.

Enfin, l'intensité des anomalies cyto-nucléaires peut varier suivant les conditions techniques, d'une partie à l'autre d'une tumeur, et peut être jugée différemment suivant les observateurs.

Les critères cytologiques de malignité ne sont ni nécessaires, ni spécifiques des tumeurs malignes. Dans certains cas, le diagnostic d'une tumeur maligne repose sur :

  • l'identification du type tumoral
  • des signes histopathologiques d'envahissement local caractéristiques des tumeurs malignes (emboles tumoraux, envahissements des nerfs)
  • la survenue de métastases.

4.3.4 Le stroma

Au delà d'une certaine taille (quelques millimètres), les foyers tumoraux nécessitent une adaptation de leur micro-environnement cellulaire et extra-cellulaire. De plus, la présence d'un foyer tumoral suscite souvent une réaction de l'hôte.

Ces modifications des structures préexistantes induites par les cellules tumorales aboutissent à la formation d'un tissu conjonctif et inflammatoire, associé aux cellules tumorales, qui s'appelle le stroma. Le stroma fait partie intégrante de la tumeur et participe à sa biologie et son aspect macroscopique et microscopique.

Au minimum, le stroma comporte :

  • des cellule conjonctives (fibroblastes ou myofibroblastes)
  • des capillaires néoformés
  • des fibres extra-cellulaires (fibres collagène et élastiques).

Le stroma a donc un rôle de soutien (charpente fibreuse) et de nutrition (angiogénèse).

L'angiogénèse est particulièrement intéressante à connaître, car elle est indispensable à la croissance tumorale et nécessite une prolifération de cellules endothéliales dont les mécanismes, complexes, sont différents des mécanismes de prolifération des cellules tumorales. De nombreux essais thérapeutiques font appel à des substances inhibant l'angiogénèse pour freiner la croissance des foyers tumoraux.

Différentes modifications peuvent être responsables de stroma particuliers :

  • stroma très pauvre, d'où la nécrose des cellules tumorales
  • stroma adaptatif (proportion adaptée de capillaires juxtaposés aux cellules tumorales)
  • stroma riche en fibres d'où un aspect de bloc fibreux très dur dans lequel de rares cellules tumorales sont observées ; cette fibrose peut être rétractile, comme dans certaines cicatrices pathologiques (linite gastrique, squirrhe mammaire)), comme dans certaines cicatrices pathologiques
    Image Squirrhe21V.jpg

    Image Squirrhe1V.jpg

  • stroma oedémateux ou myxoïde
    Image Stromamyxoide1V.jpg

  • stroma inflammatoire
    • cellules lymphoïdes associées à la tumeur, pouvant traduire une réaction immunitaire
      Image Stromainflammatoire1V.jpg

    • réaction inflammatoire aiguë (« mastites » carcinomateuses)
  • stroma avec métaplasie osseuse ou chondroide
    Image Stromachondroide1V.jpg

  • stroma avec dépôt d'origine tumorale :
    • calcifications arrondies (calcosphérites),
    • amylose (carcinomes médullaires de la thyroïde)
      Image Stromaamyloide2V.jpg

      Image Stromaamyloide1V.jpg

    • flaques de sécrétion extra-cellulaire (carcinomes mucineux).

     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
4.1 - Troubles du renouvellement cellulaire et tissulaire
4.2 - Tumeur et processus tumoral
4.3 - La cellule cancéreuse et le stroma tumoral
4.4 - Méthodes de diagnostic anatomopathologique des tumeurs
4.5 - Histoire naturelle des cancers
4.6 - Tumeurs épithéliales
4.7 - Tumeurs non épithéliales
4.3.1 - La cellule cancéreuse
4.3.2 - Critères cytologiques de malignité
4.3.3 - Validité des critères cytologiques de malignité
4.3.4 - Le stroma