Site FMPMC
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 

Anatomie pathologique

Table des matières

1 - L’anatomie pathologique

2 - Anatomie pathologique du système circulatoire

3 - Inflammation

4 - Pathologie tumorale

Glossaire


Tous droits de reproduction réservés aux auteurs


traduction HTML V2.8
V. Morice


Chapitre 3 - Inflammation

 

3.10 - Les causes de l'inflammation

Retour - Image Hybridation_in_situ.jpg
Figure 42 Hybridation in situ
L'hybridation in situ consiste à mettre en contact avec la préparation dans laquelle on cherche à identifier un segment d'ADN ou d'ARN une sonde complémentaire, chaude (c'est-à-dire radioactive), ou froide.
Dans le premier cas, la radioactivité est mise en évidence grâce à une émulsion photographique.
Les sondes froides, quant à elle, portent un marqueur qui permet de les révéler : il peut d'agir d'une molécule de digoxigénine, repérée ensuite par un anticorps antidigoxigénine couplé à un système d'amplification (comme par exemple le système peroxydase-antiperoxydase ou la fluorescéine) ou d'une molécule de biotine, identifiée quant à elle par la streptavidine couplée, elle aussi, à un système d'amplification.
Un exemple d'hybridation in situ est donné plus loin.
     Page précédentePage suivanteSommaireVersion imprimable
   
 
3.1 - Définition
3.2 - Les causes de l'inflammation
3.3 - Les cellules de l'inflammation
3.4 - La phagocytose
3.5 - Les médiateurs chimiques de l'inflammation
3.6 - Les signes cliniques de l'inflammation
3.7 - Le siège de l'inflammation
3.8 - Les stades de l'inflammation
3.9 - Les formes cliniques de l'inflammation
3.10 - Les causes de l'inflammation
3.10.1 - L'inflammation due à la nécrose tissulaire
3.10.2 - La réaction à corps étranger
3.10.3 - Les inflammations dues à des agents transmissibles
3.10.4 - Immunopathologie
3.10.3.1 - Inflammations bactériennes
3.10.3.2 - Inflammations dues à des champignons
3.10.3.3 - Inflammations dues à des virus
3.10.3.4 - Parasitoses
3.10.3.5 - Les prions