Atlas > Tronc cérébral

Moelle allongée : jonction basse

Moelle allongée : jonction basse

L'illustration ci-contre est interactive.
Les noyaux sont représentés par des zones foncées et les faisceaux par des zones claires. En cliquant sur chaque région dans la partie droite de l'illustration, un texte de description apparaîtra.

Faisceau corticospinal

Le faisceau corticospinal est destiné à la musculature du tronc et des membres. Il correspond à l’ensemble des fibres qui ont pour origine les cellules du cortex cérébral et traversent et croisent partiellement la pyramide médullaire et entrent finalement dans la moelle spinale. Ces fibres constituent le faisceau descendant le plus important et le plus large du névraxe. Les fibres du faisceau corticospinal proviennent essentiellement de l’aire 4 (aire motrice) et de l’aire 6 (aire promotrice) et en partie du lobe pariétal. Les fibres les plus larges proviennent des cellules pyramidales géantes de Betz du gyrus précentral et des zones corticales adjacentes.
Les fibres traversent la corona radiata puis la capsule interne, les pédoncules cérébraux, et le pont avant de rejoindre la moelle allongée. La majorité des fibres (75 à 90%) croisent dans la décussation des pyramides et descendent dans la partie postérieure du cordon latéral. 55% des fibres se terminent dans la moelle cervicale, 20% dans la moelle thoracique et 25% dans les segments lombosacrés. Le faisceau corticospinal latéral est directement impliqué dans la motricité volontaire distale (doigts et de la main) et le faisceau ventrale concerne la musculature axiale (posture).

Faisceau longitudinal médial

Le faisceau longitudinal médial reçoit des fibres de tout le noyau vestibulaire qui sont à la fois croisées et décroisées dont beaucoup bifurquent dans des branches ascendantes et descendantes.
Il reçoit également des fibres du noyau interstitiel de Cajal, du colliculus supérieur, de la formation réticulaire pontique et de noyaux plus rostral du tronc cérébral se projetant sur des portions particulières du complexe olivaire inférieur. Il forme avec les faisceaux tectospinal et tectobulbaire un système complexe de fibres qui est myélinisé très précocement dans le développement. Ces systèmes s’étendent de la partie rostrale du tronc cérébral à la moelle allongée caudale.

Faisceau tectospinal

Les fibres de ce faisceau proviennent des neurones des couches profondes du colliculus supérieur. Elles constituent un complexe neural servant principalement de centre de relai optique.
La majorité des fibres se terminent au niveau des quatre premiers segments cervicaux mais quelques-uns rejoignent le segment les segments cervicaux inférieurs.
Ces fibres sont impliquées dans les mouvements de reflexes posturaux en réponse à des stimuli visuels et peut-être auditifs.

Faisceau vestibulospinal

 

Noyau supraspinal C1

 

Noyau accessoire

 

Faisceau spinothalamique

Le Faisceau spinothalamique (antérolatéral) est un faisceau ascendant de la moelle épinière qui rentre dans le thalamus avec le lemniscus median et comporte de nombreuses collatérales.
Celui-ci est un élément essentiel dans les circuits impliqués dans la perception de la douleur, et de la température de la moitié controlatérale du corps.

Faisceau spinocérébelleux ventral

Le faisceau spinocérébelleux ventral prend son origine dans la région ventrale intermédiaire de la moelle, au niveau du réseau interneuronal situé aux confins des motoneurones. Il croise la ligne médiane à chaque niveau métamérique et monte dans le cordon latéral jusqu’au pont. Il croise ensuite, en partie, la ligne médiane avant de s’engager dans le pédoncule cérébelleux supérieur.
Ce faisceau renseigne sur le niveau d’activité des systèmes de programmation contenus dans les réseaux interneuronaux de la moelle.

Faisceau spinocérébelleux dorsal

Le faisceau spinocérébelleux dorsal est un faisceau ascendant non croisé, situé le long de la périphérie postéro-latérale de la moelle spinale. Il provient des larges cellules de la colonne de Clarke qui s’étend du 3ème segment lombaire au 8ème segment cervical. Ces fibres s’incorporent au pédoncule cérébelleux inférieur dans la moelle allongée, entrent dans le cervelet et se terminent dans les portions céphalique et caudale du vermis.

Faisceau rubrospinal

Les fibres du faisceau rubrospinal proviennent des cellules du bord médial du noyau rouge (portion magnocellulaire). Elles traversent le raphé médian immédiatement dans la décussation tegmentale ventrale et descendent au niveau spinal où elles se joignent aux fibres du faisceau cortico-spinal latéral.
Les fibres se projetant sur la région cervicale proviennent des parties : dorso-médiale et dorsale du noyau rouge alors que les fibres se projetant sur la région lombosacrale proviennent des parties ventrolatérale et ventrale du noyau rouge. Enfin le segment thoracique spinal, reçoit des fibres issues de la partie intermédiaire du noyau rouge.
Il s'articule avec les motoneurones contrôlant la musculature des membres à l’exclusion des doigts.

Noyau réticulaire

Les noyaux réticulaires du pont contiennent des cellules relativement volumineuses à l’origine de fibres descendantes et ascendantes activatrice.
Le noyau réticulaire est un groupe nucléaire qui comprend le noyau gigantocellulaire, situé dans la moelle allongée, médial et à grosses cellules. Il est à l’origine des fibres descendantes inhibitrices.

Noyau rétroambigu

Le noyau rétroambigu est représenté comme une prolongation orale de la colonne intermédiolatérale de la moelle cervicale dans la moelle allongée. Il s’étend jusqu’au niveau du complexe de l’olive inférieur. Il réside dans la portion latérale du noyau central de la moelle allongée.
Il est constitué de fines cellules, multipolaires et fusiformes contenant de petits grains de Nissl foncés. Certaines de ces cellules contiennent également de la mélanine.

Substance grise centrale

 

Noyau du faisceau solitaire

Le noyau faisceau solitaire apparaît dans la moelle allongée au niveau du pôle caudal du noyau moteur dorsal. Il s’étend oralement jusqu’au pôle caudal du noyau facial moteur. Le noyau peut être divisé en deux parties : une partie médiale, dorsolatérale au noyau moteur dorsal du noyau du nerf vague, et une partie latérale, localisée le long du bord latéral du faisceau solitaire. Le noyau est sensoriel et reçoit des fibres afférentes viscérales du 7ème, 9ème, 10ème nerfs crâniens.

Noyau cunéiforme

Le noyau cunéiforme s’étend de la moelle allongée jusqu’au niveau de l’entrée du quatrième ventricule. Il vers le haut sur le faisceau cunéiforme. Il est constitué de cellules : de petite ou moyenne taille, ovales ou rondes, et possédant de courtes dendrites et des noyaux excentriques.
Des colonnes de fibres postérieures originaires du 6e segment thoracique circulent dans le faisceau cunéiforme et se terminent au niveau du noyau cunéiforme médial. Les fibres efférentes se dirigent quant à elle jusqu’au noyau ventral postérieur du thalamus via le lemniscus médian controlatéral.

Noyau gracile

Le noyau gracile est situé dans la partie caudale de la moelle allongée. Il répond dans sa partie visible au noyau cunéiforme en dehors et au noyau du faisceau solitaire en dedans. Il possède un rôle de relais de la moelle épinière pour les fibres cordonales postérieures de la moelle épinière (sensibilités tactile épicritique et proprioceptive consciente). Il donne naissance avec le noyau cunéiforme à la voie lemniscale médiale à destination thalamo-corticale.

Faisceau gracile

Les cordons postérieurs comprennent 2 faisceaux à partir de la moelle lombaire : en dedans, le faisceau gracile et en dehors, le faisceau cunéiforme. Ils véhiculent la sensibilité extéroceptive tactile épicritique de même que la sensibilité kinesthésique. Ils restent homolatéraux et se disposent de manière topique, de telle sorte que les fibres les plus médiales correspondent aux métamères les plus bas situés, et forment le faisceau gracile.

Faisceau cunéiforme

Les cordons postérieurs comprennent 2 faisceaux à partir de la moelle lombaire : en dedans, le faisceau gracile et en dehors, le faisceau cunéiforme. Ils véhiculent la sensibilité extéroceptive tactile épicritique de même que la sensibilité kinesthésique. Ils restent homolatéraux dans la moelle et se disposent de manière topique : les fibres les plus latérales ou faisceau cunéiforme véhiculent des fibres surtout cervicales et thoraciques.

Noyau mésencéphalique trigéminé

Ce noyau est constitué de larges neurones unipolaires qui s’étendent du niveau du noyau moteur jusqu’au mésencéphale rostral. Ces cellules résident au sein du système nerveux central. Les fibres afférentes du noyau mésencéphalique du nerf trigéminé conduisent les impulsions proprioceptives provenant des dents, du parodonte, du palais dur, des muscles de la mastication et des capsules articulaires. Il semblerait que ces fibres soient impliquées dans le contrôle de la force de morsure.
Ce noyau reçoit également des impulsions afférentes provenant des récepteurs étirés situés dans les muscles de la mastication.
Ce noyau possèdent de nombreux efférents qui se terminent notamment au niveau thalamique, au niveau de la matière blanche du cervelet (probablement connectés avec des noyaux profonds), au niveau du toit de l’aqueduc cérébral, à la base du cervelet, et des régions du colliculus supérieurs.

Faisceau mésencéphalique trigéminé

Les principaux processus des cellules composant le noyau mésencéphalique trigéminé forment un mince faisceau en forme de faucille qui descend au niveau du niveau du noyau trigéminé moteur, fournissant des collatérales aux cellules motrices, et semble émerger comme une partie des voies motrices.

Canal central